IMG_6536_edited_edited.jpg

Les objets sont intelligents, beaux, ludiques, simples ou pratiques : ils soulignent et subliment notre quotidien. Travail de matière, de texture, de couleur, de forme, la céramique est sensible. 

Je souhaite partager cette effervescence. Pour moi, le travail commence sur le papier : je gribouille, je m’inspire. Du carnet de croquis jusqu’à l’assiette dressée sur la table, je veux montrer toutes les facettes cachées d’un métier d’Art. Celles qu’on ne devine pas toujours derrière l‘objet final.

Touche à tout, passionnée et curieuse, j’ai suivi des études d’Arts Appliqués.

Je suis « potière ». Faïence, grès ou porcelaine ? J’ai une préférence pour la haute température.  Façonner, tourner, mouler, modeler, sculpter … il y a mille façons pour donner forme : à chacun le geste et la manière. Les pièces sèchent – attention aux courants d’air, aux rayons de soleil ou à l’humidité ambiante, vous risqueriez de la déformer. Il est le temps de la première cuisson : à gaz, au bois ou électrique ? Vous chargez. Madame fait une pause à 900°C. Vous déchargez : elle est « biscuitée ». Projeter, tremper, déposer … les poteries s’habillent de leur plus bel émail (recette qui a demandé plusieurs essais avant d’être à leur goût) et c’est reparti : on enfourne. Cette fois-ci, attention, si vous ne souhaitez aucune mésaventure, chacune à sa place, sans se toucher, la fusion est dangereuse. Trois jours plus tard, le four a perdu ses 1300°C : surprise !

 … Simplement comprendre que la pièce finie demande de la patience avant d’apparaitre.